CINEMA – Molière d’Ariane Mnouchkine

Date

Mar 27 2022

Horaires

14 h 30 min

Lieu

Salle Rosine Deréan (Genillé)

Un film de Ariane Mnouchkine
Avec : Philippe Caubère (Molière), Joséphine Derenne (Madeleine Béjart), Brigitte Catillon
(Armande Béjart), Jean-Claude Penchenat (Louis XIV), Roger Planchon (Colbert), Daniel
Mesguich (Monsieur, frère du roi), Jean Dasté (le grand-père de Jean-Baptiste)…
Année : 1978
Langue : Français
Pays : France
Durée : 244 minutes

Synopsis : Le film débute en 1632, alors que le jeune Jean-Baptiste n’a que 10 ans. Nous
découvrons ses jeux, assistons à son premier traumatisme, la mort de sa mère, puis
suivons son éducation à travers les fêtes de rue et le théâtre populaire, loin de l’avenir de
tapissier du roi que son père avait souhaité pour lui. Après l’échec de sa première troupe,
l’Illustre-Théâtre, fondée à Paris avec la famille Béjart, il part sur les routes de France, se
confronte à la misère du peuple, et comprend peu à peu la force et l’intérêt de la comédie,
fait évoluer le genre, se découvre dramaturge, prenant petit à petit la tête de la troupe.
Suscitant souvent l’ire des dévots, mais trouvant des protecteurs puissants, il parviendra à
trouver le succès à Paris, et deviendra même l’organisateur des fêtes royales à Versailles,
avant de perdre un peu de son crédit : Tartuffe donne l’occasion aux dévots de demander
à Colbert d’intervenir, Lulli le trahit, et des problèmes divers naissent au sein de la troupe.
Usé, vieilli, un an après la mort de sa partenaire de toujours, Madeleine Béjart, Molière
meurt à la fin de la quatrième représentation du Malade imaginaire.
120 comédiens, 600 participants, 1 300 costumes, 220 décors, 2 ans de travail, 4 heures
de film… le Molière d’Ariane Mnouchkine est une oeuvre à l’ambition démesurée. La
splendeur de l’image, le travail des corps, la créativité de la mise en scène, les moments
de grâce offerts, comme l’envol du théâtre ou les gondoles vénitiennes traversant les
Alpes enneigées, font la richesse et la beauté de cette oeuvre, tandis que le regard porté
sur Molière, sa troupe et son siècle rend son propos original et stimulant.
Ariane Mnouchkine a souhaité retracer la vie de Molière en l’inscrivant fortement dans son
contexte social et historique. De Molière, elle dit avoir retenu l’homme, plutôt que le génie,
et elle ne cherche pas à donner un point de vue scolaire sur l’ensemble de son oeuvre :
Molière est ici un personnage, humain, charnel, et non un monument littéraire ; un chef de
troupe, compris à travers ses relations avec ses partenaires, et non un homme de plume
solitaire abordé à la seule lumière de ses écrits. Du siècle, elle offre une image épique,
multiplie les tableaux, les scènes de foule, donnant corps et vie au siècle de Molière, au
peuple des rues de Paris et des campagnes françaises, à la cour du roi. L’abondance et la
précision des décors et costumes y contribuent sans pour autant figer le film en une
simple reconstitution historique. Ariane Mnouchkine parvient ici, bien souvent à travers le
regard de son héros et les gestes, les scènes qu’il observe, à rendre compte de moments
de vie, d’émotions, et à nous les rendre proches, malgré leur éloignement dans le temps.
Ariane Mnouchkine dit avoir voulu faire un film populaire, et non un film d’érudition.


Suivez toute l'actualité
de votre commune

Par email ou par sms recevez régulièrement des nouvelles de votre commune de Genillé. 

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. 

L’inscription à la newsletter est soumise à l’article 32 de la Loi informatique et libertés

Sendinblue Newsletter